Direct emploi : offres d'emploi, formation, alternance et stage
Suivez-nous : Icone-rss Icone-viadeo Icone-linkedin Icone-facebook Icone-google Icone-twitter
Accueil > Actualité > L'actualité de l'emploi > Plafond de verre : faire carrière quand on est une femme ?

Plafond de verre : faire carrière quand on est une femme ?

Date de publication : 20/06/2016
Vous êtes une jeune femme diplômée et voulez faire carrière ? Direct Emploi vous fait un bilan du marché du travail.

Le plafond de verre : un frein pour la carrière des femmes

L’expression « plafond de verre » vient de l’américain « glass ceiling ». L’expression a été pour la première fois utilisée dans le film Le Mur Invisible d’Elia Kazan de 1947. Elle s’est répandue grâce à un article du Wall Street Journal de 1986.

C’est une métaphore pour parler des obstacles invisibles que rencontrent les femmes pour accéder à des postes de direction. Un plafond de verre les empêche de monter vers les niveaux supérieurs de la hiérarchie. Cette expression du « plafond de verre » suit l’arrivée des femmes sur le marché du travail. Elles l’investissent massivement depuis les années 60 et représentent aujourd’hui plus de la moitié de la population active.

Elles sont plus diplômées, souvent même plus que les hommes. Pourtant si les femmes ont désormais accès aux métiers qualifiés, elles restent peu présentes dans les hautes fonctions. Pour vous donner une idée, 93% des patrons de moyennes ou grandes entreprises sont des hommes.

Comment expliquer le plafond de verre ?

Les femmes sont plus diplômées et ont des postes moins élevés. Ce constat est devenu un axe de réflexion pour la recherche notamment en sociologie du travail.

Il semble que le plafond de verre puisse être expliqué par des préjugés et des stéréotypes. Les femmes n’auraient pas les attributs masculins qui leurs permettent d’accéder aux postes d’encadrement. Par exemple, une femme manquerait d’ambition et de compétitivité ce qui lui porte préjudice pour atteindre des postes à responsabilité.

Le modèle du manager idéal reste un modèle masculin. En effet, les entreprises voient dans les hommes une plus grande disponibilité pour leur vie professionnelle. Les femmes sont vues comme moins présentes du fait de « leur rôle » domestique et éducatif. Le temps partiel est d’ailleurs un frein à l’évolution professionnelle. Or, un tiers des femmes travaille à temps partiel contre seulement 7% des hommes.

Le choix des études est aussi mis en avant. Les femmes sont moins nombreuses dans les filières scientifiques ou dans les écoles d’ingénieurs. Elles se ferment donc des postes d’encadrement dans l’industrie, l’énergie ou un autre domaine scientifique. Les femmes sont particulièrement présentes dans les filières sociales, souvent à des postes intermédiaires.

Le plafond de verre peut aussi s’expliquer par un soutien implicite moins important : les réseaux et les processus de cooptation sont plus faibles pour les femmes.

Enfin, les femmes souffrent aussi d’une moins grande mobilité. Le salaire de référence étant celui masculin, elles ont du mal à convaincre leur famille de changer de lieu de vie.

L’égalité professionnelle entre hommes et femmes : un enjeu de société

L’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes a été mise à l’agenda politique par le biais de l’Union Européenne. Depuis l’arrêt Defrenne, l’Union Européenne sanctionne les différences de traitement entre hommes et femmes dans l’emploi.

La France a pris des mesures pour favoriser l’égalité avec la loi Roudy de 1983, la loi Génisson de 2001 ou encore la loi du 23 mars 2006 sur l’égalité salariale entre les hommes et les femmes. Ces dispositifs légaux n’ont pas été d’une très grande efficacité. L’évolution est positive dans l’enseignement supérieur ou la politique mais ailleurs la situation n’évolue pas voire régresse.

La création du label « égalité » répond aussi à cet objectif d’égalité entre les sexes. Il vise à récompenser les entreprises, les administrations ou les associations engagées dans la promotion de l’égalité professionnelle.

Une nouvelle loi du 4 août 2014 sur l’égalité réelle entre les femmes et les hommes a réaffirmé cet enjeu de société en prévoyant :
• Le partage du congé parental
• Le renforcement de l’ordonnance de protection pour les victimes de violences
• L’extension de la parité à de nouvelles instances de décision
• Le renforcement des accords au sein des entreprises pour l’égalité professionnelle

Comment faire carrière quand on est une femme ?

Vous êtes une femme et vous voudriez éviter le plafond de verre ? On vous donne quelques tuyaux.

Favorisez les entreprises engagées dans la promotion de l’égalité entre hommes et femmes. Si la culture d’entreprise est sensible à ces questions, vous aurez plus de faciliter à gravir les échelons. Certaines entreprises bougent et veulent augmenter la présence des femmes dans la hiérarchie. C’est notamment le cas d’Auchan ou de Thalès.

Envisagez le job-sharing à la place du temps partiel. Le temps partiel précarise l’emploi féminin et porte un coup dur à votre carrière. Le job-sharing est une organisation du travail qui répond à votre besoin de temps tout en sauvegardant vos futures opportunités.
Brisez les clichés et saisissez la loi. Montrez que vous êtes fortes et que vous avez toutes les qualités pour encadrer. N’hésitez pas à vous faire un réseau professionnel et à demander des promotions. Le « plafond de verre » est avant tout une question de représentations.

Le plafond de verre est une réalité de nos sociétés française, européenne et internationale. Vous devez prendre conscience du phénomène pour mieux lutter contre. A vous de vous liguer pour faire carrière et de mobiliser les outils à votre disposition. Des femmes comme Ségolène Royal ou Marisol Touraine sont parvenues à le dépasser, pourquoi pas vous ?