Direct emploi : offres d'emploi, formation, alternance et stage
Accueil > Actualité > L'actualité du marché de l’emploi > Comment combattre les risques psychosociaux au travail ?

Comment combattre les risques psychosociaux au travail ?

Date de publication : 15/06/2017
Toute entreprise et tout salarié est exposé aux risques psychosociaux (RPS). Direct Emploi vous explique les démarches pour les combattre.

Risques psychosociaux : d’où viennent-ils ?

Différents facteurs de risques psychosociaux


Les risques psychosociaux sont des risques professionnels mettant en jeu l’intégrité physique et mentale des salariés. Ils peuvent venir de :
- Violences internes commises au sein de l’entreprise (harcèlement moral, sexuel, conflits entre personnes etc.)
- Violences externes commises sur des salariés par des personnes externes (insultes, menaces, agressions, harcèlement…)

Mais également de divers facteurs dépendant de l’entreprise, sa culture, le poste, la relation entre collègues etc. Le schéma réalisé par COUSSEAU Carole, psychologue et formatrice dans le secteur sanitaire et social, les rassemble :

 

 

Comment évaluer les risques psychosociaux en entreprise ?

En France, la démarche d’évaluation des risques professionnels incombe à l’employeur. Celle-ci peut se faire en plusieurs étapes :
• Préparer la démarche en impliquant les acteurs qui ont participé à l’évaluation des RPS : collecter des données sur les RPS et définir les unités de travail les plus touchées.
• Inventorier les facteurs dans les unités de travail, analyser les conditions d’exposition des salariés à ces facteurs de risques.
• Définir le plan d’actions : proposer des actions d’amélioration, les prioriser et planifier et définir les moyens nécessaires à la réalisation de ce plan.
• Mettre en œuvre le plan d’actions.
• Réévaluer les risques, suivre l’évolution des mesures, examiner le plan d’actions mis en place etc.

Comment lutter durablement contre les risques psychosociaux ?

Obliger les employeurs à mettre en place des actions de prévention

En France, l’employeur est dans l’obligation de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé physique et mentale de ses employés. Il a une obligation de résultat de prévention pour la santé et la sécurité des salariés. Et veille à l’amélioration constante de ces mesures. Pour cela, il doit élaborer un Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels (DUERP) contenant :
- Des actions de prévention
- Des actions d’information et de formation
- La mise en place d’une organisation et de moyens adaptés

Le code du travail définit trois principes de prévention pour lutter contre les risques psychosociaux :
- Prévention primaire : adapter les situations de travail pour réduire l’exposition aux risques
- Prévention secondaire : parades pour atténuer l’impact sur la santé (quand l’exposition aux risques peut être évitée)
- Prévention tertiaire : détection, soutien et traitement des situations de souffrance

Quelles mesures prendre pour lutter contre ces risques ?

Donc 3 types de mesures peuvent être prises :
- Interne : un groupe principalement constitué des représentants du personnel évalue les risques et conçoit un plan de prévention.
- Externe : des médecins de travail, services de santé ou de prévention, cabinets de conseil peuvent intervenir en cas de tensions ou d’événement traumatique
- Dans le cas d’un changement prévu : étude de l’impact psychosocial permettant d’accompagner le changement et d’identifier les risques potentiels

L’employeur peut également mettre en place des actions pour améliorer l’environnement de travail de ses salariés.

Il peut :
• Redéfinir les rôles et responsabilités de chacun
• Réduire les incertitudes en améliorant la communication sur les stratégies de l’entreprise
• Adapter le travail demandé aux ressources et capacités des employés
• Impliquer les salariés dans les actions de changements
• Faciliter le dialogue au sein de l’entreprise
De même en tant que salarié, vous pouvez améliorer votre environnement de travail afin d’être acteur de votre bonheur.

 

Lån & Spar Bank et Fastems Oy Ab, quand les entreprises nordiques veillent au bien-être de leurs employés

Lån & Spar Bank : la banque qui agit en faveur de ses employés


Le secteur financier est un environnement sous haute tension.
La banque danoise Lån & Spar Bank s’est donc lancée dans la lutte contre les risques psychosociaux et les facteurs de stress. Pour cela, elle a créé le projet « Do it now » qui met en place diverses activités afin de couvrir un large spectre de solutions. Pour lutter contre la surcharge du personnel, l’entreprise évite les heures supplémentaires systématiques, oblige les salariés à faire des pauses et soutient la pratique d’activités physiques. Lån & Spar Bank a également introduit un outil de dialogue permettant aux salariés de discuter des défis auxquels ils doivent faire face (intimidation, charge de travail élevée etc.).

Cette banque privilégie le bien-être personnel de ses salariés. Notamment en mettant à disposition une salle de sport pour évacuer stress et éventuels problèmes personnels.

En un an, les résultats se sont faits voir :
- L’environnement psychologique s’est amélioré et le stress ressenti a diminué.
- L’entreprise a enregistré une hausse de la productivité et des recettes ainsi qu’une amélioration de la satisfaction des clients.
- Les dialogues ont permis de réduire de moitié les absences pour maladie et congés liés au stress.
- Plus de la moitié des salariés ont trouvé un meilleur équilibre entre vies professionnelle et privée.

Fastems Oy Ab : prêt à combattre les risques psychosociaux !


Fastems est une entreprise finlandaise qui fournit des systèmes d’automatisation spécialisés. Ses employés ont une grosse charge de travail et se déplacent souvent. En raison de cet environnement de travail chargé, les salariés demandent à changer de postes, allongent leurs congés, voire démissionnent.
Pour lutter contre ces tendances, Fastems Oy Ab applique la procédure TIKKA (évaluation totale intégrée du stress au travail). TIKKA évalue les facteurs de stress au travail par le biais d’entretiens en petit groupe et réunions. Ces discussions se concentrent sur le climat social au travail et les problèmes liés à la fonction (rythme et charge de travail). Employés, superviseurs et RH dialoguent ensuite afin de trouver des solutions adéquates.
Fastems privilégie la relation avec autrui en mettant en place des lieux d’échange, de discussion, de partage.

Là encore les résultats ont rapidement été satisfaisants :
- Le nombre de démissions s’est réduit.
- Les congés maladie liés au stress ont diminué.
- Les employés ont des outils plus adaptés et le nombre de déplacements requis a diminué.
- Le travail a été réorganisé et l’atmosphère au travail s’est considérablement améliorée, ce qui conduit à une meilleure satisfaction clients.
- D’autres entreprises finlandaises se sont intéressées au processus TIKKA pour prévenir les RPS.

 

Les RPS proviennent de divers facteurs et sont un vrai obstacle pour les entreprises, leur productivité et le bien-être des salariés. Leur lutte passe par plusieurs démarches. En France, l’employeur a d’ailleurs une obligation vis-à-vis de la prévention des risques professionnels.
 

D'autres articles qui pourraient vous plaire

10 choses à faire avant de se rendre à un entretien
16/11/2020
Vous êtes en pleine recherche d’un emploi et suite aux envois de votre CV et de votre lettre de motivation, vous recevez les premières réponses. Dans le lot, vous découvrez les nombreuses réponses négatives avec leur formulation habituelle que vous connaissez par cœur. Vous êtes immédiatement attiré par les réponses positives des recruteurs qui vous demandent de les contacter pour prendre un rendez-vous. Enfin de bonnes nouvelles ! En effet, vous allez enfin pouvoir mettre en action tous ce que vous avez appris sur l’entretien d’embauche. Mais au-delà de l’entretien, nous souhaitons vous indiquer les 10 choses à faire avant de vous rendre à votre prochain entretien.

...




Le secteur du BTP, du couvre-feu au reconfinement
06/11/2020
Après le couvre-feu annoncé le 14 octobre, nous sommes maintenant passés au re-confinement. Bien entendu, tous les domaines d’activité s’inquiètent des dernières directives prises à l’égard de leur propre secteur d’activité. Le BTP qui a particulièrement souffert lors du premier confinement, est particulièrement attentif aux mesures annoncées. Le président de la République a assuré que la vie économique devait continuer. Il a d'emblée précisé qu'il n'entendait pas bloquer totalement la vie économique, au contraire, la vie économique doit continuer, particulièrement dans le BTP. Nous vous proposons un nouveau point de route sur cette nouvelle étape en tentant de vous apporter les dernières informations sur le marché de l’emploi dans le BTP.

...