Conseils - Les métiers de A à Z

Découvrez notre guide des métiers

L’auxiliaire de vie scolaire ou AVS s’occupe d’enfants en difficulté ou en situation de handicap dans la vie scolaire et parascolaire. L’AVS intervient auprès de l’élève dans les classes mais aussi lors des déplacements ou de la manipulation de matériel, pour le déjeuner à la cantine, et lors de sorties de classe.
L’auxiliaire familial offre des services de maintien à domicile à des personnes dont l'autonomie est réduite. Il effectue les tâches au quotidien comme donner des soins d'hygiène, changer des pansements, administrer les médicaments, préparer les repas, faire les courses et faire le ménage.
L'auxiliaire petite enfance prend en charge l'enfant bien portant, malade ou handicapé en liaison avec une équipe pluridisciplinaire. il ou elle répond aux besoins de l'enfant par une présence, des soins spécialisés, des activités d'éveil, un soucis de leur sécurité et de leur bien-être.
L'avocat représente et défend devant un tribunal des particuliers, des entreprises ou des collectivités. Il peut s'agir d'affaires civiles (divorces, successions, litiges...) ou pénales (contraventions, délits, crimes...). Il est sollicité par les entreprises en tant que conseil.
Chaque avocat choisit son statut juridique, c’est-à-dire la manière dont il exerce son métier. Certains préfèrent être collaborateur libéral, d’autres se voient plus comme salariés. Dès lors, le métier d’avocat peut être exercée de manière individuelle, en association, en société civile professionnelle, de manière libérale ou par contrat de travail.
L’avocat contentieux a pour mission de veiller à la conformité légale des décisions prises par son client. Ainsi, il effectue un travail de veille sur les actualités juridiques des entreprises des différents domaines d’activité afin d’être à jour pour donner décisions et conseils à ses clients.
Un avocat d'affaires est spécialisé dans le droit commercial et le droit des sociétés. Il peut aussi être compétent dans le droit bancaire, le droit fiscal, le droit de la propriété industrielle, celui des fusions-acquisitions ou le droit boursier. Il travaille le plus souvent en cabinet et c'est seulement en cas de litige qu'il lui arrive de plaider.
Le métier d’avocat droit des affaires demande des connaissances diverses et variées dans le domaine du droit commercial, des sociétés, bancaire ou fiscal et des propriétés intellectuelles. Il peut avoir une ou plusieurs spécialisations et travailler en équipe avec d’autres experts pour être le plus performant possible. Il est cependant rare qu’il soit amené à plaider pour des litiges au tribunal de commerce.
Un avocat spécialisé dans le droit des sociétés conseille les dirigeants dans toutes les démarches de la gestion courante et de l'organisation ou au niveau de démarches plus spécifiques telles que la modification de la société. Il doit aussi représenter la société devant les juridictions et participe alors à l'élaboration des stratégies.
Le droit des successions regroupe les règles juridiques et fiscales en matière de transmission de patrimoine d’une personne décédée à ses héritiers. L’avocat droit des successions maîtrise l’ensemble des connaissances pour le partage des biens d’un défunt entre ses héritiers.
Le droit social qui est imputable au droit du travail, touche les domaines de la sécurité et de l’aide sociales, la lutte contre l’exclusion sociale et la protection des mineurs. L’avocat droit social appartient à la catégorie des avocats dits civilistes, qui règle les conflits entre des particuliers.
Le droit fiscal, très complexe, oblige souvent à consulter un avocat fiscaliste pour intervenir dans les démarches fiscales. Celui-ci a comme rôle de conseiller une entreprise sur le projet que celle-ci compte réaliser notamment en termes de fusion, acquisition, investissement imprévu et implantation à l’étranger. L’avocat fiscaliste qui travaille le plus souvent en indépendant contribue alors aux montages financiers et prévoit à l’avance les conséquences fiscales.
Avocat propriété intellectuelle défend les droits d'une entreprise, d'un auteur, d'un artiste ou d'un inventeur en montant un dossier solide pour démontrer le préjudice moral ou commercial, et éventuellement faire retirer le produit concurrent du marché.