Direct emploi : offres d'emploi, formation, alternance et stage
Accueil > Actualité > > Le tourisme en 2020, bilan de l’été et perspectives d’embauches

Le tourisme en 2020, bilan de l’été et perspectives d’embauches

Date de publication : 07/09/2020
Dans ce contexte très exceptionnel du covid 19, le secteur du tourisme connait une situation particulièrement compliquée. Après un printemps catastrophique, l’été s’achève avec les activités de fin de saison qui démarrent, propices normalement à l’arrivée des touristes étrangers et des séniors.

Nous vous proposons un zoom sur les derniers mois de ce domaine d’activité fortement atteint par les conséquences de la pandémie et dans le monde entier.

Bilan Tourisme 2020

Des résultats surprenants dans certains territoires

Surprise, la fréquentation du mois de juin a été en deçà de 2019, alors même que la levée de la limitation de déplacement à 100 km a commencé le 2 juin, au lendemain du weekend de Pentecôte. Ainsi, on observe des pics de fréquentation les weekends de juin. Pour juillet et août, la clientèle française a répondu présente, rassurant les professionnels. En réalité, seule la moitié des français sont partis cet été 2020.

Dans les faits, plus de 90% des vacanciers qui ont séjourné ne sont pas partis à l’étranger, ce qui a permis de compenser une baisse de plus de 20% sur certains territoires. Globalement, les différentes régions et départements annoncent une fréquentation touristique en baisse ou stable sur juillet et une tendance légèrement meilleure sur août, toujours par rapport à 2019.

Une baisse de la clientèle étrangère

Si une baisse des touristes étrangers « lointains » a été ressentie, notamment les américains, les asiatiques et les russes, on remarque dès début juillet, la présence des européens proches de la France, comme les belges, les néerlandais et les suisses, sauf les italiens et les espagnols en recul. Quant aux Britanniques et aux Allemands, ils ont été très impactés par la mise en place d’une quatorzaine pour le retour en Angleterre.

En conséquence, ce sont les hôtels 4 ou 5 étoiles, très dépendants de la clientèle internationale et riche, qui ont le plus souffert de la crise.

Des comportements et des choix nouveaux

La saison a été marquée par des réservations de dernière minute, liées aux annonces progressives concernant la situation sanitaire. Une fréquentation de proximité s’est accrue notamment en provenance des régions proches voire du département avec la présence de touristes français différents des autres années, notamment ceux partant traditionnellement à l’étranger.

La fréquentation à la campagne et à la montagne est annoncée en hausse, l’espace urbain en baisse. De nombreuses villes ont ressenti durement la crise, notamment celles qui sont très dépendantes d’évènements ou fréquentées par une clientèle étrangère à fort pouvoir d’achat. Les premiers résultats sur la fréquentation hôtelière de cet été 2020 montrent que les destinations balnéaires s’en sortent plutôt bien.

Cette année, les Français ont privilégié la location contre habituellement l’hôtellerie et les campings, sans doute en raison des sanitaires partagés offrant moins de sécurité face au Coronavirus.
Les touristes ont apprécié les activités sportives, de loisirs et en plein air, comme le vélo, le canoë et la randonnée, ces choix s’expliquant une fois de plus par un respect plus facile des gestes barrières pour ces activités.

Et l’arrière-saison…

Les professionnels s’attendent à une fréquentation inférieure à 2019 pour l’arrière-saison. Même si certains territoires voient des signes positifs pour septembre, l’incertitude est réelle en raison d’un manque de visibilité concernant les réservations, particulièrement les voyages de groupe et le tourisme d’affaires, lié aux annulations des évènements de plus de 5000 personnes, prolongées jusqu’au 30 octobre. Dernièrement, le gouvernement allemand déconseillait les voyages à destination de l’Ile-de-France ou de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Point positif, les dernières études montrent que la France a mieux résisté que ses partenaires européens. En effet notre pays dispose d'un tourisme diversifié à la fois balnéaire, montagnard, viticole, culturel et patrimonial.

Alors si vous souhaitez travailler dans le secteur du tourisme et devenir, chef de produits touristiques, conseiller voyages, réceptionniste d'hôtel, yield manager, guide conférencier, animateur, éducateur sportif, directeur de centre de vacances, coach sportif, hôtesse d’accueil tourisme, directeur de musée, agent de réservation, agent d’escale, steward, interprète, commissaire de bord, agent de comptoir, venez postuler aux offres d’emploi sur Carrière Restauration !

Mais aussi notre partenaire Direct Emploi, de nombreuses opportunités de carrière s’offrant à vous dans ce secteur très dynamique du tourisme mais aussi de l’hôtellerie, de la restauration, des loisirs et de la culture !
 

D'autres articles qui pourraient vous plaire

Le couvre feu : Une nouvelle épreuve pour les restaurateurs
22/10/2020
Depuis l’allocution du Président de la République et l’annonce du couvre-feu à 21 heures, les restaurateurs encaissent très difficilement cette nouvelle étape de la pandémie qui une fois de plus impacte leur activité d’une manière très importante, condamnant le service du soir. Le président annonce toutefois des aides. Nous vous proposons un point de situation et plus particulièrement côté emploi.

...




Couvre-feu : les secteurs d’activité les plus impactés
16/10/2020
Après le confinement, le chef de l’état a annoncé une nouvelle étape pour lutter contre l’épidémie de Coronavirus, un couvre-feu de 4 à 6 semaines à 21 heures. Les secteurs d’activité les plus touchés sont toujours les mêmes, la restauration, l’hôtellerie, la culture et le sport. Dans ce contexte, l’état a cependant annoncé de nouvelles mesures et aides mais celles-ci seront-elles suffisantes pour une fois de plus dépasser cette période d’incertitudes ? Nous vous proposons un point, plus particulièrement côté emploi et sur les métiers concernés.

...