Direct emploi : offres d'emploi, formation, alternance et stage
Accueil > Actualité > L'actualité de l'emploi > Covid 19 : L’industrie textile et la fabrication des masques

Covid 19 : L’industrie textile et la fabrication des masques

Date de publication : 04/05/2020
Dans la conjoncture que nous connaissons avec la pandémie mondiale liée à l’épidémie du Coronivirus Covid 19, la France s’organise pour protéger ses populations. Alors que le pays fait face à une pénurie massive de masques, les dernières entreprises textiles implantées dans l'Hexagone, ont décidé de fabriquer des masques et répondre ainsi aux besoins pour réussir un déconfinement annoncé le 11 mai.

Nous vous proposons un zoom sur ce secteur d’activité en pleine action alors même que, ce mois de mai, l’économie tente de repartir.

Fabrication de masques

Un secteur d’activité en crise qui répond à l’appel

Depuis des décennies, l’industrie textile est en France une filière en chute libre. Selon l’Insee de 1996 à 2015, la France a perdu 51 % de sa production textile, 40 % de sa valeur ajoutée et 66 % de ses effectifs salariés. Le pays a délaissé son industrie textile au profit d’importation massive essentiellement en provenance d’Asie.

Aujourd’hui, face à la pénurie de masques, c’est aussi à cette filière que le gouvernement mais aussi les entreprises et les villes font appel pour palier à la pénurie.

Un secteur d’activité en pleine action

La filière de l’industrie textile a répondu présente. Les entreprises comme Petit Bateau, Saint James, 1083, Tissages de Charlieu, Le Parapluie de Cherbourg et Plim répondent à l’effort national et les initiatives se sont multipliées.

Selon la Direction générale des entreprises, près de 4 millions de masques alternatifs à usage professionnel non sanitaire ont été produits en France du 30 mars au 5 avril. En quelques semaines, le pays a redécouvert l’importance primordiale de sa filière textile, en faisant encore progresser leurs possibilités de production.

Des masques pour le personnel en première ou deuxième ligne

Les masques sont fabriqués pour les salariés de l’agroalimentaire, mais aussi le personnel de santé et les caissières, les éboueurs et les transporteurs. Le Comité stratégique de la filière mode et luxe (CSF) a été chargé de coordonner toutes ces initiatives. Plusieurs villes françaises viennent de rendre obligatoire le port du masque dans leur cité. 

À Nice, le maire a passé commande et reçu 400 000 masques L’Association des maires de France a commandé des masques pour les villes mais ces derniers seront en priorité distribués aux personnels de santé, médecins, infirmières libérales et Ehpad et aux personnels de mairie et professions en première ou deuxième ligne.

Les initiatives indépendantes avec les couturières

Les demandes sont tellement importantes que les couturières ont parfois ressorti leur machine. Dans tous les villages de France, elles ont spontanément proposé leurs services au maire pour protéger les villageois mais aussi les patrons de TPE et PME pour protéger leur personnel.

Depuis quelques jours, des couturières professionnelles font entendre leur voix. Certaines d'entre elles qui fabriquent des masques gratuitement depuis le début du confinement souhaitent pouvoir les vendre. Elles se sont réunis avec un association "Bas les masques" qui regroupent costumières, des artisans et des intermittents et ont lancé une pétition le mardi 30 avril qui a déjà recueilli plus de 6 000 signatures.
 

D'autres articles qui pourraient vous plaire

Devenir nageur sauveteur
28/07/2020
Vous aimez la mer et souhaitez être au plus près des estivants sur les plages du littoral, alors n’hésitez pas devenez nageur sauveteur ! Pour vous former à ce métier, rejoignez la SNSM qui prépare chaque année 500 étudiants et jeunes salariés qui veulent vivre cette expérience unique. Voici ce qu’il faut savoir pour devenir nageur sauveteur

...




Grosse chaleur sur les chantiers
28/07/2020
Chaque été, c’est la même chose, la canicule est là, présente pendant quelques jours voire plusieurs semaines. Avec le dérèglement climatique en marche, on prévoit que cela n’est pas prêt de changer. Alors lorsque l’on travaille sur un chantier en plein soleil, l’activité devient très difficile voire dangereuse pour la santé des ouvriers mais aussi l’ensemble des acteurs du chantier. Que doit-on savoir pour mieux se préparer à ces journées devenues régulières l’été et presque banales ?

...